GO à Yasmina – Eté 1972 Part 2

1972 – Yasmina

Récit de Didier Jung. 
 
Deuxième partie

Je rentre à Paris, des étoiles plein les yeux après Marrakech, avec une seule hâte, repartir ! Ma vieille 204 m’attend, le Club m’autorise à aller à Yasmina en voiture. Paris-Algésiras en traversant l’Espagne puis le ferry jusqu’à Ceuta et enfin l’arrivée au village au mois de Mai 1972.

C’est la deuxième saison de ce nouveau village situé près de la station balnéaire de Cabo Negro, très prisée par la haute société marocaine et des membres de la famille royale. Deux entités composent le village, l’Altaïr et Yasmina, le site est magnifique. L’équipe GO, dirigée par Pierre-Jean Laplace, va évoquer pour certains d’entre vous les grandes heures du Club…Bernard Richard aux spectacles, Pierre d’Agréves aux sports, Michel Bré au restaurant de plage et j’en oublie beaucoup…Je retrouve mon amie Coco à la caisse, formidable équipe des bureaux avec Jean-Jacques, Marie-Christine et Heidi – équipe invincible dans les relais de natation. Quand j’étais GM puis GO au pair, je rêvais d’être un jour au ski nautique et me voilà dans l’administration, ma voie est tracée, je ne le sais pas encore !

La saison a été marquée par plusieurs événements, certains tragico-comiques, et ils ont marqué ma mémoire. Les spectacles de Bernard Richard, inspirés par l’Alcazar de Paris, étaient grandioses, décors, costumes, mise en scène et répétitions à gogo pour les GO ! Bernard préparait pour le 14 juillet son « grand » spectacle qui devait marquer l’apogée de cette saison. Cette fois-ci j’en faisais partie et nous avons répété pendant des après-midis et des soirées entières pour être prêts le soir du 14 juillet. La veille, catastrophe, un GM se noie devant le village et son corps est retrouvé sur la plage…La vie du village continue quand même et le fameux spectacle du 14 juillet s’ouvre sur un play-back de Pierre-Jean déguisé en soleil éblouissant chantant « Il est mort le soleil » de Nicoletta devant une assistance médusée…On avait zappé le pauvre GM décédé !

16 Août 1972, le village est plein à craquer, nous avons fêté la veille le 15 août comme c’est la tradition. Une agitation confuse intervient autour du village, l’entrée est bouclée par l’armée…Pas de TV à l’époque, mais la rumeur arrive vite, le Boeing du Roi s’est fait mitrailler au-dessus de Tétouan (à 15 KM du village) et la sœur du Roi, la Princesse Lalla Aïcha, très amie de Pierre-Jean, qui séjourne à Cabo Negro, est évacuée en vitesse, personne ne sait si le Roi Hassan II s’en est sorti. Il faudra quelques jours pour apprendre la suite, le Roi est sain et sauf, un vrai miraculé, et le Général Oufkir, que j’avais aperçu à Marrakech, a payé sa trahison ! Les petites histoires du Club ont rejointes la grande Histoire…La vie du village a continué normalement, pas sûr que les GM aient perçu quoique ce soit !

Comme à Marrakech l’hiver précédent, le tout Paris du spectacle a défilé cet été 72 à Yasmina. Parmi les vedettes de l’Alcazar arrive le célèbre « Babette », figure du transformisme dont vont s’inspirer les régisseurs du Club. Il vient tous les jours à la caisse, vêtu d’un superbe blouson blanc, naïf que je suis, je me demande pourquoi, jusqu’au moment où Coco, morte de rire, me dit : « tu as le ticket ! ». J’échapperai à Babette, qui très gentiment a compris et m’offrira quand même à son départ son beau blouson blanc !

Ainsi est passée la saison, très rapidement et festive, avec de formidables souvenirs des chefs d’œuvre culinaires d’Alex Moseleit, de la gentillesse de sa femme Mimi, des facéties de Jeannot et René au restaurant…Je trouve un GO du mini club d’accord pour rentrer sur Paris en voiture avec moi – Ceuta-Algesiras-Madrid-Paris – en deux jours ! Je suis inquiet, je pars faire mon service militaire pour un an, est-ce que le Club me reprendra ?

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*