GM à Sveti-Marko – Eté 1965

1965 – Sveti-Marko

Récit de Didier Jung. 

J’ai 16 ans, je prends le pouvoir de décision sur la destination de nos vacances (mon père s’en fout, il ne vient plus avec nous…). Je veux faire du ski nautique et une fois le Trident sorti, nous choisissons, ma mère et moi, Sveti-Marko en Yougoslavie.
Juillet 1965, départ en avion, arrivée sur un aéroport militaire. C’est notre première sortie dans un pays communiste (Tito est encore là) et on se pose beaucoup de questions…Au contrôle des passeports les militaires nous regardent d’un drôle d’air

!
Le village est situé dans les bouches de Kotor, sur une petite île dans un cadre de rêve avec un plan d’eau idéal pour le ski. Traversée en bateau et arrivée au village avec un accueil toujours formidable, bateaux de ski, fanfare, paréos, toute l’image du Club ! Et là, au milieu des GOs, le Chef de village, celui qui plus tard va changer ma vie (ce sera un autre chapitre !), Gilbert Héron qui fait la bise à toutes ces dames ! Ayant séjourné dans ce beau village 3 années de suite (65,66 et 67), il est possible que mes souvenirs se mélangent et que je confonde les noms des GOs ou des évènements…Bref nous nous installons dans des cases un peu différentes, une espèce de polygone mais toujours en paille et au confort spartiate (on a emmené le duvet !).

Pour moi pas de problème, direction le ponton perfectionnement du ski nautique, c’est là que je vais passer mes 3 semaines de séjour. Ma mère a 53 ans, peu casse-cou mais prise par l’ambiance sportive du village, je réussis à la convaincre d’essayer le ski nautique…Au ponton débutant, après plusieurs tentatives ratées et ayant sans doute marre de faire le sous-marin, miracle elle réussit son premier tour de ski et fera désormais tous les jours sa petite boucle de la baie…Me voilà tranquille !

Pour la description du village, on attendra les prochains chapitres…Parlons de l’équipe GO dont je vois encore tous les visages mais dont j’ai oublié pour la plupart les noms. Gilbert Héron avait une équipe magnifique et sa présentation GO dans le petit amphi du village, avec sa grosse voix et tous les GO en paréo fut un spectacle qui éveilla en moi l’envie de faire partie de cette aventure. L’animateur était Allan Bahuet, avec sa grosse moustache et son humour à deux balles, toujours à vous attendre au coin du bar pour faire une connerie. Je crois que la gestionnaire était Josette Béraud, et à la caisse il y avait un jeune homme timide, Serge Trigano. Gilbert avait à sa disposition pour animer les soirées un orchestre qu’on pourrait qualifier de doux dingues ! A la batterie Kiki, à la basse Poupou, et un jeune chanteur tout fluet du nom de Gérard Lenorman ! Les spectacles c’était du cabaret, rien de magique mais ça rigolait ferme !

Dans mes souvenirs de cette première année à Svéti, il y a le personnel yougoslave qui était adorable surtout au restaurant. A cette époque pas de buffets, on était servi à table et il fallait tout partager en 8, cela se passait pas trop mal, mais le grand jeu était d’essayer d’avoir du rab et de se faire des copains parmi les serveuses. Comme personne ne parlait leur langue (laquelle d’ailleurs ? Serbe ou Croate ?), un code était né spontanément, le mot Molim, qui devait signifier merci et qui devint « avoir du rab », donc tout le monde demandait du « molim »…
Nous nous sommes aperçu que beaucoup de GM suivaient Gilbert Héron de village en village, et que d’autres revenaient tous les ans à Sveti-Marko pour le ski nautique. Entre le ski et la voile je n’avais jamais fait autant de sport. A la fin de notre séjour c’était une évidence, nous avions trouvé notre destination idéale.
Retour à Paris, Maman s’était fait plein d’amis, moi aussi mais je vous le raconterai ensuite…

Maman, on retourne à Sveti l’année prochaine ?

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*