Cadaques

Cadaques

Localisation : Espagne (Province de Gérone – Catalogne)
Type de village : En dur
Date d’ouverture : 9 juin 1962
Année de fermeture : 2003.

 

Pour la petite histoire : En 1960, l’Espagne et en premier lieu la région de la Costa Brava s’ouvre au tourisme dit de masse.
Des investisseurs et promoteurs réalisent des  projets qui  amèneront au fil des ans la « bétonisation » de certains endroits du littoral pour en faire des stations balnéaires.

Un de ces investisseurs qui vient d’acquérir  un terrain de 300 hectares près de Cadaques frappe durant l’automne 1961 à la porte du Club Méditerranée.

 

Le site proposé se situe à proximité immédiate du cap Creus et plus précisément entre le Pla de Tudela et la Cala de Culip. 
La mission de reconnaissance du Club y découvre un endroit isolé,  hostile, sauvage et battu par les vents des Pyrénées et les embruns.  Bref difficile d’accepter et pourtant…

C’est Jean WEILER, l’architecte et décorateur du Club (à qui on doit aussi l’amphi- théâtre, l’invention du bar à créneaux…)  qui relève le défi.  Il s’associe à Pelayo MARTINEZ ,  un architecte de Figueras pour concevoir sur ce terrain au relief difficile un village.

Même le grand Salvador DALI apporte son concours en  réalisant quelques esquisses de la vision qu’il a .  Le célèbre peintre recevra également Gilbert  TRIGANO et Gérard BLITZ au début de la construction du village; de même il sera aussi présent lors de l’inauguration du village.

Ils ne savent pas encore qu’ils vont construire, sur cette lande, un des plus mythiques villages du Club Méditerranée.

 

Voilà ce qu’écrit Jean WEILER au début de l’année 1962 :

 

« Le Village du Club Méditerranée est situé à  6 km environ au nord de Cadaqués. Le terrain est situé sur le versant nord du cap Creus. Terrain très escarpé et rocheux. En hiver, balayé par des vents forts des Pyrénées. Les conditions climatiques ont forcé un changement dans le type de construction couramment utilisé par le Club Méditerranée, qui est principalement des logements en bois recouverts de paille.

Nous avons adopté un boîtier solide, redécouvrant le caractère de l’architecture locale. La chambre pour deux personnes a été volontairement réduite à des dimensions minimales, sans eau ni électricité. C’est pour des raisons économiques en raison d’un terrain particulièrement escarpé et rocheux.

La cellule d’hébergement du club se caractérise par un ameublement simple, bonne isolation climatique et bonne ventilation « 

 

Donc pour la première fois, on abandonne la case polynésienne au profit de petits logements en dur de 6 mètres carrés environ, l’espace nécessaire pour y installer 2 lits et une armoire. Les logements sont regroupés en petite grappes de 8 à 15 qui suivent les lignes du terrain.

Le projet sera dessiné (ou modifié à 3 reprises). Le plan final ou plan de masse déposé par Jean Weiller est le suivant :

 

« Le village est prévu pour 1 200 personnes. La première phase (1962) prévoit 800.

Nous avons adopté un schéma pour séparer les zones de nuit – hébergement – pour la préserver au calme et au silence, de la zone centrale et animée et du point de rencontre de toutes les activités qui se dérouleront tout au long de la journée.

La route principale traverse une esplanade où se trouve le parking, point d’arrivée des véhicules.  Seules les voitures qui transporteront des membres du club et des camions pour le restaurant pourront utiliser le dernier tronçon jusqu’au centre. Le parking sera fermé et gardé.

L’infirmerie est située dans un petit cercle naturel qui domine le restaurant et l’esplanade menant à la mer.

Le centre d’accueil se compose de vestiaires, d’informations sur excursions, planification de l’hébergement, consigne, bureaux et bureau du directeur de village, passeports et circulation.

Ce village se ferme sur le côté de la route et s’ouvre par une terrasse vers le paysage et la mer. Il a un portique attaché à une tour : la partie inférieure sert de bibliothèque et la partie supérieure de pigeonnier. Depuis cette plate-forme, point final de l’accès aux véhicules , il y a un accès vers le restaurant.

La cuisine est de forme triangulaire. La scission du restaurant correspond à un nouveau type de restaurant collectif.  Un jardin sépare les deux pièces couvertes.

Deux directions vers le restaurant, l’une face à la mer, l’autre face au rocher de l’Aigle . Le restaurant est attaché à une colline derrière laquelle se trouvent le bar et la piste de danse, qui sont entourés de terrasses attachées à la montagne comme dans les théâtres antiques. Cette piste est entourée d’une terrasse, un podium pour l’orchestre, la cabine son, le studio d’enregistrement, la cabine et les coulisses du théâtre.

La terrasse donne accès au bar, légèrement éloigné de la zone d’animation, mais en même temps elle s’y rapporte.

Le bar est à mi-chemin entre le restaurant et la piste. Au sol, au pied du rocher de l’Aigle, un jardin, plantation d’arbres avec étangs et auditorium de musique classique.

Il est prévu de créer des terrains de sport en bordure du petit port et de la plage artificielle.

Il y a 8 ou 10 toilettes dans la zone d’hébergement. toilettes, douches ouvertes et fermées, lavabos, sèche-cheveux, fers et pointes de lumière pour les rasoirs. L’extérieur est constitué de  murs en pierre sèche trouvés dans le pays. Pour toutes les constructions, les matériaux du pays, murs et escaliers en pierre sèche, toits de tuiles ou toits plats., Murs tourbillonnants et peints à la chaux. Planchers de schiste et de tuiles. »

Sous la direction de Jean WEILER et de Pelayo MARTINEZ, les 500 ouvriers espagnols engagés disposent de 90 jours pour construire le village.

Claude EYGUESIER  a la lourde tâche d’ouvrir le village,  un village à peine terminé le 9 juin 1962. 

On va à Cadaques pour les sports nautiques.  Très rapidement, le village devient une des mecques de la  plongée (qu’elle soit libre ou bouteille) à la découverte des fonds sous-marins et des tombants impressionnants.  L’embarquement sur les caïques s’effectue dans la petite crique de Culip dominée par le restaurant annexe.

Du fait des conditions de vent avantageuses, le village est aussi réputé  pour son école de voile. Le ski nautique a également sa place durant les premières années.

 

Le Saviez-vous ?

Durant plusieurs années, le village sert de centre de secours pour recevoir des plongeurs victimes d’accidents de plongée. Le village dispose d’un caisson hyperbare de décompression. Ce genre d’équipement est à l’époque très rare et quasiment  introuvable dans la région.  Le plus proche se situe à Toulon et appartient à l’armée.

 

Et aujourd’hui.

En 1998 est créé le parc naturel de Cap Creus

Le village ferme en 2004. L’état espagnol rachète le terrain occupé par le Club pour 4,5 millions d’euros, et, avec la région Catalogne, débourse 7 millions de plus pour rendre les lieux à la nature. Le travail de démolition du village débute le lundi 13 Juillet 2009  et  dure 3 ans.
Aujourd’hui le site est intégré à la réserve naturelle du cap de Creus. Certains vestiges du village ont été conservés, pour témoignage du passé du site ainsi que le ponton d’accostage dans la « Cala Culip »

D’autres photos de Cadaques ici

Vidéos

Club Med Cadaques
The DinausauresClub – Gérard Pigeon DECOSTERD

 

Reportage de la TVE 3 sur la démolition du Club Med de Cadaques et la transformation du site. 

Club Méditerranée de Cadaques année 1970.  Source inconnue, (extrait d’une publication commerciale Club Méditerranée à l’époque ? )

 

Survoler le Pla de Tudela comme un oiseau. De très belles images en HD

8 Comments

  1. Pour la direction des travaux, n’oubliez pas Robert Baudin. Je la sais car je suis allé plusieurs fois l’y retrouver. Il était sur place avant même que la route ne fut construite (sous sa direction) et nous allions sur le site en barque de pêcheur. Et Dali a aussi reçu mon père, je l’ai attendu en pêchant sur le petit quai devant sa maison à Portlligat .
    J’ai aussi connu l’investisseur dont il est question dans votre article (enfin, si c’est le même…) dans mon souvenir il s’appelait Gordon ( j’espère ne pas me tromper) …et je suis monté dans sa voiture …une Rolls-Royce ( ce qui n’a pas manqué de frapper l’enfant que j’étais à cette époque). Pendant la construction de la route un ouvrier est hélas décédé (c’est ce que je crois me souvenir de ce que m’avait dit mon père).

  2. Bonjour,c’est mon premier déplacement à l’étranger comme responsable a Barcelona.La voiture dont parle Robert était une
    MERCEDES 600,celle de FRANCO et celle
    d’ANTONIO VAN DE VALLE.
    Aussi a CADAQUES PERRET chanteur ET LA CHUNGA
    danseuse ont fait leurs débuts devant les G.M. et sont devenus plus tard de très grands
    artistes.Cadaques a
    été le berceau de
    pas mal des G.O.

  3. Le Club Med de Cadaques ? des vacances formidables pas loin pas cher dans un cadre exceptionnel ! Un site naturel fantastique, une architecture magnifique de simplicité et d’intégration réussie dans son site. Un contact avec une nature sauvage , rude , exceptionnelle , à partager avec plusieurs milliers de vacanciers chaque année….
    Le parc naturel qui lui succède maintenant est un désert rempli de cailloux, comme toute la côte . Rien qu’au titre de l’esthétique de leur parfaite intégration au paysage , ils auraient pu conserver ces petites casbah blanches dont l’agencement magnifiquement réussit , mettait en valeur ce relief !

    Le parc n’attire pas autant de visiteurs que ses anciennes casbah !

    Leur esthétique était exceptionnelle dans le sobre, dans leur harmonie avec le relief et dans le respect complet de l’architecture locale .

    C’était de plus 600 emplois par an!

    Mais finalement , est ce que les 5000 vacanciers annuels, privés de lieux d’habitation, ne se seraient pas reportés , dans cet aménagement aussi massif que laid des collines sauvage du village de Cadaques !

    Qu’a t- on gagné finalement, et qu’a-t-on perdu, dans la suppression de ce village vacance réussit, qui captaient des milliers de touristes au lieu de les obliger à bâtir ailleurs ?
    Les constructions qui entourent maintenant Cadaques sont d’une laideur sans nom, sans aucune harmonie avec le relief, ne respectant même pas l’architecture locale, n’étalant que leur mauvais goût de nouveaux riches en vacances , autour d’un ancien village de caractère.

    D’une esthétique absolument nulle, ces lotissements de banlieue dégradent complètement les alentours de Cadaques:

    Et Maintenant , pour un mois de vacances par an et qq week end , ces pavillons de vacance artficialisent le Sol pour 500 à 1000 m² par famille , au lieu de 12 m² au Club Med pour 2 personnes qui changent tous les 15 jours pendant 4 mois par an soit 166 fois moins d’ artificialisation destructrice de la nature !! »

    Quel est le système de construction touristique le plus destructeur de la vue et du sol ?
    Et quel est le système le plus pourvoyeur de ‘petits emplois’ stables (ceux dont on a tant besoin ) , plutôt que de bénéfices à court terme pour quelques-uns, Je m’interroge…

    • apres plusieur saison a cadaqes en tant que go cuisine et tant de souvenir et d amis laisser la bas
      une derniere viste a mes amis , paco,maria angeles ,antonio et tant d autre dons le nom m echappe mais pas les visages et les bon moments passe avec eux
      mon dernier passage a cadaques m a laisse un gout de deception au fond du coeur pourquoi avoir tout detruit pour y mettre autant de choses laide ,par profit mais cadaques y a perdu son ames sauvage pour….. ?????

  4. SALUT,
    J’ai encore la montre de plongée que tu m’as vendue dans les années 1956/1960 a Palinuro (Jean Richard devenue Aquastar après révision à Marseille)….
    QUELS SOUVENIRS, Contal, JP Chesné, Serge Andrieux, Jacques Masson, ….
    QUELLE ÉPOQUE.
    AMITIÉS d’un plus qu’octogénaire.
    Richard Rybinski

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*