De nationalité russe, Dimitri PHILIPPOFF (Dima pour les intimes), est un « russe blanc ». Les russes blancs font parti de la noblesse russe qui restait fidèle au Tsar. Beaucoup luttent au moment de la révolution de 1917 face aux Rouges et combattirent la montée du bolchevisme.

C’est durant cette période que bon nombre choisissent l’exil et la France et plus particulièrement Paris ou ils trouvent  refuge. La plus grosse vague d’émigration se déroule au début des années 1920 et c’est avec celle ci alors qu’il n’a que 13 ans que Dima arrive dans la capitale.

Nageur de haut niveau, Dima devient journaliste sportif à l’Auto, le principal magazine sportif, ainsi qu’à Paris Soir, un quotidien disparu à la libération. Au début des années 30, il s’associe avec quelques compatriotes russes pour former une équipe de water polo. L’équipe prend le nom des Ours blancs. Il utilise aussi ce nom pour ouvrir le premier « club » en Corse près de Calvi. Nous sommes alors en 1935.
Durant la seconde guerre, Dimitri retrouve un certain nombre de nageurs et entre avec eux au Racing Club de France.
En 1948, il s’associe avec Edith FILIPACCHI pour reprendre l’idée des Ours Blancs et ouvrir le Club Olympique toujours à Calvi. En 1951, il rejoint Gérard BLITZ et le Club Méditerranée. Il fait l’ouverture de Golfo di Baratti cette même année en tant que chef de village.

Après avoir quitté le Club Méditerranée à la fin des années 50, il fonde les Voyages Philipoff. Les villages des Vacances Philippoff sont des villages de cases  organisés de la même manière que ceux du Club Méditerranée (pourquoi réinventer le monde ?). Il y a un village à Livorno en Toscane, un autre à Nisportino sur l’ile D’Elbe.

Article similaire

11 commentaire

  1. Le village construit par Philoppoff en 1959 dans la province de Livorno mais à San Vincenzo (10 Km au nord de Baratti). Au debut il s’appelait « Ours blanc » après devenu « Europe n°1 ».
    En 1965/1966, 12 Km au Nord de ce village, j’ai mesuré et puis dirigé la construction du Village Club Méditerranée « DONORATICO » avec Roger Caillet Chef de village en 1966

    1. Salve Giorgio.
      Paul.

    2. M.Manetti, un bonjour de Paris du fils de Robert.

  2. Bonjour, je m’appelle Patricia Courbez, je suis allée en vacances à san vincenzo vers 1965, 1966, avec mes parents et ma soeur. Que de bons souvenirs. J’étais amie avec Mathilde Philipoff sa fille dit à l’époque TIDOU son surnom. J’ai des photos de Tidou et moi sur la plage du club, j’aimerai avoir des nouvelles de cette personne, je ne trouve rien sur le net. Il me semble qu’à l’époque sa femme et maman de Tidou s’appelait Françoise je se suis pas sûre tout cela est loin mais si vous avez des renseignements à me communiquer, n ‘hésitez pas. Je vous laisse mon adresse Mail.

    1. Bonjour, je suis un cousin de Tidou. Ma tante était Odette Coterelle épouse de Dima après son divorce avec Françoise.
      Malheureusement ma chère tidou est décédée très jeune après avoir une vie difficile. J’ai appris son décès par hasard en discutant avec sa belle sœur Hélène.
      J’avais une profonde affection pour elle et je n’ai aucune photo d’elle.

      1. Duparque Christian,
        this page does not permit to copy and paste. I only speak english – russian.
        Dimitrii Philippoff, Quand est il mort (date du deces), et ou a t il ele enterre? cimeterier? toute familie vivante?

      2. Coucou, voilà qui est fait, bises, Hélène, demie soeur, de Thidou..

      3. Bonjour je m’appelle Jean Francois Joffre . j’ai connu Mathide GO miniclub à Donoratico en Italie en été 75 avec son amie Caroline Weinberg. J’étais GO excursion.Mon père Lucien Joffre était adhérent du club dès le premier village d’Alcudia et est devenu l’avocat du club.
        Je dispose de photos et ektas de cette période.

  3. Family holidays, we first enjoyed the Philipoff village in San Vincenzo in 1968 (end of August, September). We went back the following years until the village closed forever. But the pinewood is still there, at Ripa degli Etruschi, and you can try to do uninvasive touristic archaeology: beyond the outdoors eating and dancing areas easy to recognize, if you sweep a bit the sand here and there, you can find the foundations of the « paillottes », (at least, this was the case when I visited the region in the 2000’s). At the time, we also met on San Vincenzo harbour the ancient baker of, as he said, the « villaggio francese ». Buon viaggio nel tempo!

    1. Suis Hélène, de la famille Philippoff, monsieur Konstantin.. Pourriez vous me dire pourquoi vous êtes intéressé parce qui touche notre famille ? Merci

  4. J’ai eu la grande joie d’avoir connu la famille Philippoff à l’age de 9 ans une première saison au village de San Vincenzo avec les images trés présentes dans ma memoire de Thidou ( nous avions le meme age ) et de Dima avec son aura et sa décapotable americaine..

    Peu de temps après Dima a rencontré mon père sur le port de Piombino et l’a convaincu de le rejoindre a Nisportino pour la saison au bar en amenant avec lui son petit garçon dont il ne savait quoi faire cet été la..

    Le retour sur cette période de mon enfance m’a permis de réaliser à quel point Dima avait influencé mon entière existence par son esprit , son charisme et son exemple …

    Le logo des « Vacances Philippoff » qui etait imprimé sur les teeshirts blancs de tout le personnel , le magnifique ours blanc, trone dans mon jardin ( agencé comme Dima le pensait ) et je me permet de redire
    à Helene combien son Papa à à compté pour moi..

    Je vous envoie un très émus souvenir

    Giancarlo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *