Moorea

Localisation : Polynésie
Type de village : Farés puis bungalows à partir de 1985
Date d’ouverture :1962
Année de fermeture :2001

Pour la petite histoire : Après le village de Puna’auia ouvert en 1955,  le Club s’était quelque peu « désintéressé » de la destination, préférant  des destinations plus « Méditerranéennes ».    Reconstruire un village aux antipodes, cela coute cher et, pense t’on à Paris, n’est pas rentable.
Il est vrai qu’à l’époque l’utilisation de l’avion à des fins de voyages intercontinentaux  n’était pas encore  démocratisé. Le seul moyen longue distance demeurait encore le bateau, et Tahiti était à 1 mois de Paris !!.

Mais tout change au début des années 60. Le développement et le début de la démocratisation  des premières liaisons intercontinentales dites rapides et  sans escales par la voie des airs grâce au Boeing 707,  Tahiti devient  alors accessible facilement depuis Paris.

Au même moment, Gérard BLITZ, en grand visionnaire qu’il est,  voit cette région du Pacifique promise à un  grand développement touristique. L’avenir le montre, ce grand homme avait raison !!   

En 1961, Gérard BLITZ réussi à convaincre le Club d’ouvrir un nouveau village en Polynésie, et plus précisément à Moorea.
A cette époque, l’île est  déjà connue du Club Méditerranée. Des bivouacs  depuis Puna’auia y sont organisés.

Au début de 1962, le Club envoie Dominique LE  BOURGEOIS du bureau d’étude du Club,  prospecter sur l’île.  Sachez qu’à l’époque, Moorea est très isolée et ne dispose pas de main d’œuvre qualifiée localement.  Tout est et passe par Tahiti située à 5heures de barque tahitienne.

Avec l’aide de Tamarri CADOUSTEAU, il parcourt l’ile pour trouver un emplacement ou un village pourrait s’installer.

Après moults difficultés, et  sans aide de Paris, malgré ses appels à l’aide, Dominique LE BOURGEOIS termine les travaux juste à temps pour accueillir le 2 juin 1962, les 360 premiers GM envoyés par la voie des airs depuis Paris.

A Moorea, point de cases polynésiennes mais des habitations sur pilotis appelées Farés. Chacun  d’eux  dispose d’une douche et d’un lavabo. Un grand luxe pour l’époque, les autres villages du club (hors ski) n’ont rien de tout cela.

Dominique LE BOURGEOIS  dirige le village durant une partie de la première  saison.
Si les premiers GM venaient d’Europe, c’est davantage le  marché américain qui va faire le succès  et assurer  le remplissage  du village.

Le village dans les premiers Tridents, ne s’appelle pas Moorea mais était proposé  sous le nom beaucoup plus commercial et vendeur de  de Tahiti.

On y va pour la chasse sous marine, la plongée bouteille, la pêche au gros, pique niquer sur le motu Tapu, excursionner dans les iles de l’archipel et  passer les soirées aux sons du Tamuré.
La planche à voile, le ski nautique, le tennis seront également des sports qui seront mis en place selon les saisons.  

On y croise aussi quelques célébrités. Le chanteur Carlos y a ses habitudes. Diego Maradona, en 1986 juste après la coupe du monde de Football qui consacre l’Argentine championne du monde face à l’Allemagne (3-2) joue un match amical contre l’AS Dragon sur le terrain de foot du Club. 

Des travaux importants, avec agrandissement  et rénovation complète du village sont entrepris en  1984.  Lors de la réouverture la saison suivante, le village occupe 7 hectares et les mythiques farés  sont remplacés par 350 bungalows !!!

Le Voyage :

Dans les années 60, le voyage direct Paris Papeete s’effectue en Boeing 707 Air France ou DC8 de la TAI , avec escales à Montréal et  Los Angeles. La fin du parcours de Tahiti FAA jusqu’au village de Moorea s’effectuant en hydravion.
Lorsque que le Boeing 747 est mis en service, seule l’escale à Los Angeles subsiste.

L’aéroport de Temae sur l’ile de Moorea n’ouvre qu’en 1967,  permettant aux petits avions d’ Air Tahiti de s’y poser.

Le village ferme avec Lionel PIROTTE en Décembre 2001. Celui de Bora Bora, quelques années plus tard en 2005 mettant un terme à 50 ans d’histoire entre le Club et la Polynésie 

Aujourd’hui :

Le club quitte le site en Décembre 2001 faute d’accords pour le renouvèlement du  bail.
La particularité du village est qu’il est implanté sur des terrains qui appartiennent  à de  nombreux propriétaires polynésiens,  et que ceux ci n’arrivent pas à trouver  d’accords entre eux sur le montant des loyers a fixer pour les terrains occupés.

En mars 2011, un incendie parti d’un feu de déchets ravage une grande partie des locaux communs et au cours des années, les bungalows restants sont malheureusement et progressivement la proie de démontage, de destruction ou de squats.

Finalement en 2017, le gouvernement polynésien  réussi a racheter une partie des terrains et  rend la plage de Tiahura publique.

Vous qui avez des souvenirs de séjours, ou de saisons passées à Moorea, je vous invite à témoigner dans l’espace qui vous est réservé en bas de cette page sous la partie des vidéos.

Il y a de très nombreuses photos  de Moorea dans la galerie photo   ici

Vidéos

Club Med Moorea, Commercial

Clip de Vacances à Moorea 1983

Club Med Moorea 1989

Club Med Moorea 1987

Compilation de photos Guy Bernardin (La Truffe)

Film de Vacances – avec Pierre Hermet Chef de Village

Article similaire

6 commentaire

  1. Moorea était ,et sans doute encore ,un enchantement !! Saison 81 avec pH.Raison ! Resp.excursions ,ai pu sillonner la Polynésie !! Marqué au fer rouge par le mana tahitien et les Himénés !!! Tant d’amis laissés la bas mais retrouvés parfois !!! Aïta pea pea !!!

  2. Que de souvenirs, ma dernière saison au club 1990

  3. Été go bar hiver 82 été 83,reste 10 ans en Polynésie pas voulu partir

  4. Pour moi c’était également en 90, CDV Dany stabieli. Incontestablement cela reste une de mes meilleures saisons. Premières plongées bouteilles, ski nautique, mes premiers passages sur scène et puis,….j’étais jeune…

  5. Merci pour cette page. Mooréa magique. Un privilège indicible, irréel.
    René Hoffer au Rupe Rupe Ranch de 1976 à 1987 et toujours à Tahiti depuis.
    rsa.tahiti@gmail.com
    Facebook : renehoffer

  6. Extraordinaires souvenirs.Nounours GO Bar en 93/94.Je ne peux rien dire de plus que tous ceux qui sont passés par Mooréa ne dirons et ils savent au plus profond d’eux ce que je pourrais dire hihihihihi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *